Agora
-0-
-1-
-2-
-3-
-4-
-5-
-6-
-7-
-8-
Titre du projet
Agora

Description
Centre de recherche sur le cancer dans le CHUV 
Concours restreint, projet finaliste

Lieu
Lausanne (Suise)

Maître d’ouvrage
Fondation ISREC

Équipe de maîtrise d’œuvre
Architecte mandataire : Francis Soler  
Architecture – Maîtrise d’œuvre jusqu’en 2016 : Scape s.p.a en la personne de son associé Paolo Mezzalama et les équipes de la société
BET structures : INGENI
BET fluides : Weinmann Energies
BET géotechnique : De Cerenville
BET CF/cf : Scherler
BET façades : VP&Green 
Économiste : Teckhne

Mission
APS

Chronologie
2012

Données de conception
Surfaces
11.156 m²

Performance énergétique
MINERGIE

Budget
56.620.000 € 
(60.000.000 CHF)

«L’Agora est le lieu où les recherches fondamentale et clinique sur le Cancer se rencontrent pour repousser les limites de la science». 
De même que la Recherche clinique se base sur les résultats de la Recherche fondamentale pour inventer et prouver l’efficacité de nouveaux traitements ou de nouvelles techniques, ce qu’il faut retenir de l’Agora/ Centre du Cancer, tel que nous le proposons, ce sont des applications, rigoureuses et objectives, de Recherches fondamentales prises dans le domaine de l’architecture et développées in situ.

On aura mis en avant 2 dispositions opérationnelles majeures* :
- la première sur la mise en œuvre d’une souplesse totale d’adaptation du projet dans le temps
- la deuxième sur la définition d’une écriture inédite, normalement due à un projet comme celui-là
(ce qui ne nous a pas dispensés de porter un intérêt identique à chacun des autres constituants du projet)

- Entre  «Recherche libre et liberté de Recherche»
La structure du bâtiment est simple. Elle est de type  «universel»  et se répète d’étage en étage sans se modifier. Ce sont des plateaux, sans poutres, portés par des poteaux disposés de façon régulière et dont les descentes de charge sont coordonnées avec les infrastructures. Ces plateformes développent des surfaces utiles aménageables ou ré-aménageables, à la demande, pour chaque renouvellement de programme des espaces de recherche et de rencontres. L’unité géométrique est celle de la largeur étalon d’un atelier de recherche. Elle est généralisée sur l’ensemble du projet.
L’intention est bien de regrouper l’ensemble des éléments du programme dans un seul bâtiment pour produire «non pas une architecture circonscrite, mais des architectures possibles», à l’intérieur desquelles on dessinera des espaces ouverts et rythmés comme autant de mouvements produits par  le sujet qu’ils servent. On ne dépensera pour cela qu’un minimum de matière possible. En en mot, on situera l’ouvrage dans  «l’efficacité».
Il s’agit d’apprécier l’Agora comme  «un outil de fabrication d’un projet» plus qu’un projet accompli, comme un support autorisant le mouvement plutôt qu’une démarche élaborant une œuvre arrêtée, comme un univers de grande fluidité plutôt qu’un espace segmenté.

- Entre  «Échafauder et Chercher», modénature des façades
L’ouvrage regroupe des activités liées à la Recherche. Et la Recherche, de manière organisée, échafaude des hypothèses pour accéder, de façon méthodique ou par approches successives et  incertaines, à des découvertes. Le parcours d’une d’entre elles pourrait se dessiner en échafaudant une quantité de paramètres qui conduirait à toutes ses étapes. Car, échafauder, c’est préparer l’accès à tous les étages des mondes inconnus pour en tirer leur part bien réelle.
Ici, l’ouvrage semble échafaudé. De longs platelages courent sur toutes les façades et à tous les étages, formant, avec les lisses ininterrompues de sécurité, de véritables échafaudages en acier inoxydable. L’esthétique des plates-formes de maintenance des façades de l’Agora prend celle des échafaudages. Et si un bâtiment échafaudé n’existe que dans l’espace-temps qui fait de lui cet acte intermédiaire entre une idée et une réalisation, la Recherche, elle aussi, reste tout naturellement cet acte intermédiaire entre une question et une réponse. Ceci (les fondements construits de la Recherche), pour expliquer cela (les raisons d’une esthétique en échafaudage de la façade).